Quel est le vrai pouvoir de la recommandation ?

Le pouvoir de suggestion va se baser sur le pouvoir de recommandation de façon encore plus intensive. De manière claire : c’est à travers les choix de vos contacts/amis/connaissances que les algorithmes de « suggestion » vont être optimisés. Ainsi sur Amazon.com par exemple, vous n’aurez plus seulement des livres « related » aux livres que vous êtes en train de mettre dans vos paniers d’achat, mais aussi des produits ou services connexes, basés sur les expériences connexes de vos contacts.

On s’était déjà occupé du thème de l’expérience sur le point de vente. Voici donc le deuxième pointabordé par Laurent => Citizen L. : La Recommandation.

Quand on évoque le terme de recommandation, j’ai du mal à ne pas penser à l’étude mondiale POWNAR faîte par CNN. 

On y apprend que 50% du contenu est partagé via les Social Media, mails ou autres. On découvre aussi que le partage sur mobile est tout aussi important que celui généré à partir des ordinateurs. Et enfin qu’un utilisateur partage 13 liens par semaine et en reçoit le double par recommandation.

 

J’avais déjà abordé la notion de recommandation dans « la révolution des points de vente est en marche…ou pas ! ». Nous tenterons d’aller un peu plus loin.

Bien évidemment, la recommandation va s’intensifier dans les mois et les années à venir. Quoi de plus logique en même temps ? Feriez-vous plus confiance à un avis totalement anonyme ou à un de vos contacts ? L’impact serait-il le même si votre maman vous recommande un médecin plutôt que votre coiffeuse ?

La règle est simple. Plus la personne qui « recommande » est proche de vous, plus la confiance augmente. Si le degré de connectivité s’éloigne, ce pouvoir perd en valeur. Encore une fois ce n’est pas du web social. Ça marchait de cette manière avant Facebook, Twitter ou autres. La seule différence, c’est qu’en cassant les barrières de l’éloignement par le biais du web, la recommandation s’invite dans votre salon.

Lorsque j’ai participé au startup week-end de Nice, j’ai d’ailleurs choisi un projet qui avait pour cœur la recommandation. Le principe était simple : l’algorithme devait déterminer en fonction de vos goûts, de votre taille, pointure etc, une garde-robe à votre image. Mais l’innovation résidait surtout dans les « cabines d’essayage virtuelles » qui allaient permettre de partager cette garde-robe afin d’avoir les recommandations de ses amis ou des autres membres. L’impact psychologique est ainsi immédiat et le processus d’achat accéléré  :lol: . J’ai décidé de quitter le projet pour des raisons techniques mais l’idée de personnalisation du contenu associé au pouvoir de recommandation va simplement s’imposer dans un futur proche.

Mais je ne vais pas m’étendre sur le monde virtuel parce que ces changements sont là et bien présents. Les avis de consommateurs sont souvent recoupés aux avis de nos amis. Le partage s’effectue en fonction de ce que nos contacts nous conseillent mais surtout par rapport à l’influencequ’ils ont auprès de nous.

Si aujourd’hui les recommandations se font majoritairement à partir de nos liens personnels, la tendance va certainement évoluer de manière différente. Le web social nous amène à rencontrer virtuellement des personnes qui partagent les mêmes goûts que nous. Ces contacts « virtuels » prennent petit à petit de plus en plus d’importance dans notre vie, vont devenir plus influents et contribueront de manière significative à ce processus de recommandation. Ce dernier s’intensifiera donc surtout au sein de groupe « virtuel » partageant le même centre d’intérêt et non plus seulement en fonction de nos proches IRL.

Mais si ce pouvoir de recommandation fait désormais ses preuves dans le monde online, il lui reste encore un long chemin pour s’imposer au monde réel. C’est ce que j’avais abordé lorsque je disais que la recommandation du futur se retrouvera aussi sur le lieu de vente. Celle-ci commencera à s’imposer lorsque les grandes surfaces l’adopteront.

Je vais faire travailler un peu mon imagination ;-) . Des magasins comme Darty, Carrefour, Ubaldi…intégreraient des bornes interactives ou un système d’avis électroniques fonctionnant à l’échelle nationale qui me permettront de vérifier en un coup d’œil si un produit est fiable ou pas. Ce système serait d’autant plus efficace s’il mettait en avant l’avis de mes contacts perso avant celui des autres consommateurs. Pour cela, ces surfaces seraient de facto équipées et connectées au net, afin de recevoir instantanément l’avis des autres clients du réseau en temps réel.

 

Vous me suivez toujours ? Bon, c’est vrai que dans ma tête tout est clair mais conceptualiser la chose par écrit n’est pas évident. Je continue quand même. A terme, la majorité des magasins, restaurants, boutiques seront équipés de la sorte. Les QR codes, c’est bien mais très Old School par rapport à des solutions qui seraient non seulement plus efficaces mais aussi indépendantes du mobile. De toutes manières, il y a bien une raison s’ils peinent à s’imposer en France contrairement au Japon où ils sont adoptés depuis un moment.

Par définition, le français est un feignant. Il est alors indispensable de lui faciliter les tâches. L’expérience d’achat s’effectuant déjà en amont, il est indispensable de la poursuivre en aval. C’est au coeur de ce shopping interactif que la recommandation s’imposera massivement.

Mais rassurez-vous, je ne mets pas le vendeur au chômage. Il aura toujours ce rôle de conseiller IRL. De toutes manières, sa présence sera indispensable pour aider le grand public à adopter l’usage des nouvelles technologies sur le point de vente.

L’avantage de telles solutions, c’est qu’on éradiquerait tous les produits pourris ne répondant pas aux critères de l’acheteur. Fini de se faire berner. Cette idée marcherait aussi très bien pour les restaurants, bars, hôtels…ou tout autre magasin. Ajoutez tout ce mélange à une touche de marketing sensoriel et vous obtenez une fabuleuse alchimie qui démultipliera les ventes.

La recommandation finira par s’imposer au monde offline. Les recherches en amont seront donc moins importantes car les conseils feront leur apparition dans le monde réel et sur le point de vente. Le Word of Mouth ne représentera qu’un aspect de la recommandation et à grande échelle, la masse n’aura jamais tort.

Vous aimez bien mes délires  :mrgreen: ? Bon j’arrête car sinon je vais finir par refaire le monde. Je suis peut-être à côté de la plaque. Peut-être pas ! Mais n’oubliez pas que dans mes évasions futuristes, le sujet du jour est que le pouvoir de recommandation va s’intensifier et ça, personne ne pourra le changer.

Le Prince Du Web

Le Prince Du Web