La bulle 2.0 est-elle sur le point d’exploser ?

C’est une des questions récurrentes du moment, une des phrases buzz du moment.

Warren buffet a confirmé que la plupart des acteurs du 2.0 sont survalorisés.

Anthony Poncier a abordé ce thème sur son blog il y a peu, avec pour solide référence l’étude d’USEO. Sans vraiment prendre position,  Anthony a mentionné une possible bulle de la valeur 2.0 en associant crédibilité, confiance et perte de repères.

Mais bien malin celui qui osera  choisir un camp et s’aventurer aux devinettes car les critiques sont prêtes à jaillir de toutes parts.

Je vais tout de même prendre position sur le sujet.

On ne cesse de parler de comportement irrationnel et on se réfère à la crise spéculative des années 2000.

La situation est cependant bien différente.
Premièrement la plupart des sociétés 2.0 ne sont pas entrées en bourse et les spéculations restentlégitimes. Si des chiffres à 9 zéros ou plus peuvent donner le tournis, il n’y a pas autant d’argent ou de spéculations que dans les années 2000. A titre de comparaison, la valorisation d’Ebay était de plus 8600 fois son bénéfice annuel en 99 (Ebay existe toujours cela dit en passant). Nous ne sommes pas actuellement dans une situation de simples spéculations hasardeuses comme auparavant.

Si des startups sociales comme « Color » arrivent à lever 40 millions de fonds avant même de sortir une première application, c’est bien parce que beaucoup d’investisseurs cherchent leur pépite d’or. Cependant ces exemples ne reflètent pas le marché dans son ensemble. De plus, la notion d’investissement est très différente aux Etats-Unis. On parie facilement sur 10 sociétés tout en sachant qu’une seule d’entre elles servira à compenser l’échec des 9 autres.

C’est pourquoi 80 milliards pour Facebook peut paraître beaucoup pour une entreprise qui réalise « seulement » environ 2 milliards de bénéfice par an.  C’est alors oublier que Facebook n’est pas une boite comme les autres.

Premièrement, 650 millions de personnes ne peuvent avoir tort. Mais ce n’est pas à cause du chiffre astronomique du nombre de membres que l’on affirmera que Facebook est particulière mais grâce à la relation SOCIALE qui unit les membres du réseau.

Google n’est d’ailleurs pas en reste et nous sommes loin des très nombreuses surprises qui nous attendent.

Ces deux géants ne cessent d’innover et c’est bien le secret d’un avenir prometteur.

Alors oui, il y aura forcément une adaptation de ces sociétés. Oui, certaines entreprises comme Twitter doivent rapidement trouver un modèle économique plus solide et innover. Mais les relations  sociales qui font qu’aujourd’hui la voix de chacun peut être écoutée et amplifiée ne changeront  pas.

Dans chaque révolution il y a des morts, des héros, des leaders, des sacrifiés… et ces entreprises l’ont compris et doivent donc répondre à la demande d’un monde sans frontière.  Et la bataille est rude pour s’imposer comme un des leaders de ce nouvel ordre mondial.

Ce n’est pas que sur de simples bénéfices que ces nouvelles entreprises 2.0 sont valorisées mais aussi sur l’impact sociétal qu’elles engendrent. Il y a des risques et certains investisseurs risquent de perdre gros. Mais les entreprises qui placent l’innovation au cœur de leur projet s’imposeront dans notre vie quotidienne à jamais. Facebook fait définitivement partie de ce groupe de société. Twitter doit réagir rapidement.

L’âge d’or des entreprises 2.0 n’est pas révolu. Si l’on s’attend à voir la valeur de Facebook ou Twitter fondre comme neige au soleil, on devra  alors faire preuve de patience. Sans compter que l’adoption de ces nouveaux moyens de communications au sein des entreprises évolue de manière exponentielle.

Et pour répondre à la question de l’éclatement de la bulle 2.0, je vais simplement affirmer qu’il n’y a aucune bulle :mrgreen: .

La révolution que connait notre société est une révolution des mentalités rendue possible par l’apport de la technologie. L’aspect social est désormais le cœur de tous business et les entreprises futures seront 2.0 ou ne seront pas.

Les plateformes qui ont engendré cette révolution ne sont que des moyens. Les entreprises « sociales » qui survivront sont celles qui s’adapteront à ce changement et innoveront.

Des valorisations pas tout à fait exactes ou des entreprises qui disparaissent ne sont pas synonymes de  crise du 2.0 mais seulement d’un écosystème très actif, particulièrement avec les transformations sociétales qu’il engendre.

Si vous pouviez vous permettre de perdre un .com auparavant, il n’en est pas de même avec vos relations sociales. S’il est évident qu’il y aura changement et adaptation avec le temps et que seuls les meilleurs s’en sortiront, on peut avoir confiance en l’avenir et cesser de se poser toutes ces questions un peu trop existentielles.

Il est plus que temps d’avancer vers un futur qui, sans aucun doute, sera passionnant et rempli de  nombreux rebondissements. Les questions de confiance, de relations sociales et de communauténe sont plus d’actualité car aucun retour en arrière n’est plus possible.

Pour conclure et détendre un peu le sérieux de cet article, voici une vidéo simplement géniale sur la bulle du web 2.0. Cette vidéo a plus de 3 ans !

 

 

Mais faîtes-moi plaisir, oubliez cette bulle ! Il n’y a pas de bulle.

Pensez-vous que je me trompe ?

Le Prince Du Web

Le Prince Du Web