La fatigue des médias sociaux me prend mais je sais quoi faire !

Comme @douguipat aime surfer sur les tendances pour être toujours dans le coup, il va aborder le sujet du moment : la fatigue des médias sociaux.

Si @douguipat parle de lui à la troisième personne, il va avoir bien du mal à continuer comme ça car ce n’est pas un exercice dans lequel il excelle et va donc retrouver sa simple petite première personne.

Commençons par une question : êtes-vous fatigué par tout ce remue-ménage autour des médias sociaux ?

Je dois avouer que les sujets autour des Social Media me fatiguent personnellement. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai choisi de changer un petit peu la ligne éditoriale de ce blog.

 

 

Avant de répondre à cette question, j’ai tout de même pris un peu de recul et je me suis demandé pourquoi une telle lassitude. Je vais tenter de  vous expliquer mon ressenti bien que quelques phrases ne suffiront pas.

Tout d’abord, c’est le buzz que cela génère. Il y en a trop ! Trop de sujets inutiles, trop d’ « influenceurs » qui ne nous apprennent strictement rien à ce business, trop d’égos, trop de communautés à reconstruire à chaque fois, trop de tout.

J’en ai marre de voir X ou Y mener la danse sur la standardisation des KPIs. J’en ai marre de voir des soi-disant « influenceurs » nous expliquer de la théorie sans pour autant parler d’échecs ou du faible apport des Social Media dans certains cas. J’en ai marre de checker un Klout « foireux »comme si cet algorithme allait pouvoir déterminer mes compétences et à fortiori ma manière de penser. J’en ai marre d’entendre réinventer tous les 4 matins un nouveau nom à ce business Social Media. Je ne supporte plus de devoir reconstruire sempiternellement la MEME communauté sur d’autres plateformes sociales. Enfin, les valorisations indécentes de certaines sociétés me font bien sourire.  :oops:

Attention, je ne dis pas que les médias sociaux ne représentent pas un marché porteur, bien au contraire. Ils permettent de redéfinir un ordre précédemment établi, forcent les entreprises à repenser leur manière de faire des affaires en se concentrant sur le client et en l’écoutant.

Je ne pourrai jamais décrire tous les impacts positifs de l’apport des Social Media. Seulement, c’estle côté théâtral qui en découle qui est en train de me dégoûter.

Combien de « ***** » voit-on passer sous Twitter (les miennes comprises) ? Combien d’articles inintéressants sont partagés à souhait ?

En une journée, nous voyons passer 200 fois (si l’on est chanceux) la même info. Ma veille sur Twitter…même pas en rêve (ou presque) !  L’essence de ce qui a conduit au succès de la plateforme s’efface au gré du temps. Sa valorisation, quant à elle, suit une courbe inverse. Mais c’est bien compréhensible car le site flatte tant l’égo de beaucoup de têtes influentes, qu’elles s’accrocheront à ce semblant de communauté jusqu’au bout. Vous, « petits apprentis de base », n’occupez pas un poste remarquable dans une grosse boîte ou n’apportez rien de plus à leur zone de confort ? Allez donc essayer de leur adresser la parole….les cadors de la conversation et du social deviendront subitement bien muets !  :-P

L’influence ne rime pas avec compétence mais ça, je l’ai déjà dit. C’est bien dommage mais c’était le cas avant la mouvance Social Media et on ne peut rien y faire. Partir en revanche à la découverte de ce monde virtuel est indispensable pour se forger sa propre opinion afin de découvrir qui vous aidera réellement à avancer.

Comme l’a bien évoqué Gini Dietrich dans sa vidéo, nous ne sommes pas fatigués de l’interaction sociale. Ce qui nous fatigue, c’est de devoir y passer autant de temps. Mais encore une fois, quoi de plus normal car une relation sociale se construit sur le long terme.

Alors oui, la technologie évolue très (trop) vite. Oui les médias sociaux sont fatigants et épuisants. Oui ces connections virtuelles n’ont comme leur nom l’indique, une valeur bien moins importante qu’il n’y parait. Oui, je suis fatigué de l’utilisation que j’en fais et que les autres en font.

D’un autre côté, l’aspect communautaire est primordial et irréversible. La manière d’utiliser le potentiel des Social Media est passionnante et presque sans limite (ie : l’ingéniosité de RSCG avec Foursquare ou celle de Perrier et j’en passe.). En plus, ils ont vraiment un impact sur quasi tous les départements d’une entreprise. C’est une activité globale dont le cœur est simplement la relation de confiance entre les  différentes communautés. Auparavant, la communication ne se faisait que de manière verticale. Or, ce n’est plus le cas et c’est révolutionnaire en soi !  ;-)

Et puis finalement, j’ai compris ! Je n’ai pas marre des médias sociaux, en dépit de tout ce que l’on peut leur reprocher,  et JAMAIS je ne remettrai en cause leurs apports.

Ce sont ces scores (complétement foireux) que l’on nous attribue qui me dérangent vraiment car ils  ne valent pas un KLOUT. C’est aussi tous ceux qui en parlent mal ou trop. Ce sont les transcritptions de Mashable US que je ne supporte plus ainsi que les donneurs de leçons qui n’auraient connu « aucun » échec et vous poussent à suivre leurs bêtises. Je sature quand un sujet est repris 500 fois sur différents blogs de manière identique et en une seule journée, soit l’équivalent de 30 000 tweets, et maintenant 10000 « +1 ». Sartre avait d’ailleurs bien dit que « l’enfer, c’était les autres » :twisted: . Je ne peux finalement plus encadrer, dans ce monde d’infobésité, la multiplication intempestive des mêmes informations.

Et non, Google + ne me dérange pas plus que ça. Il impose en revanche d’y passer un peu de temps pour en comprendre les rouages et envisager quels pourront être les différents leviers à un niveau professionnel.

Ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a encore beaucoup de terrains vierges à explorer en matière de Social Media et je ferai partie à coup sûr de ces aventuriers. Il y a beaucoup de techniques inexploitées et je compte bien les découvrir.  Et il y a beaucoup de choses à corriger et je m’impose d’y parvenir.

J’ai de nombreux efforts à faire pour sortir de la bêtise dans laquelle je suis rentrée à pieds joints. Mais croyez-moi sur parole, je m’adonne à cette tâche chaque jour un peu plus. En choisissant cette voie, j’ai fait le choix d’être étudiant à VIE. Laissez-moi continuer d’apprendre et de me passionner chaque jour un peu plus.

Et Je ne vais tout de même pas laisser les autres dicter ma fatigue car NON, les médias sociaux, en eux-mêmes, ne me fatiguent pas. C’est juste la manière dont on commence à les détruire qui me chagrine simplement. Mais j’ai appris (depuis le temps) à gérer la situation  :lol:.

Voilà mon ressenti.

Le Prince Du Web

Le Prince Du Web