7 raisons pour qu’un business ne cède pas à la tentation Groupon

24Comme nous l’avons tous remarqué, Groupon a passé la seconde ces derniers mois.

Le site aux millions de clones a en effet multiplié les publicités sur Google adsense, Facebook et j’en passe. Groupon (ex-citydeal) en a fait beaucoup ces derniers temps, voire trop ! Qui d’entre nous n’est pas tombé sur la pub faisant référence à un menu Mc Do à -90% 8-O ?

 

 

Les commerciaux ont eux aussi retroussé leurs manches. On constate de plus en plus d’offres journalières, particulièrement à l’approche des fêtes de Noël. Certains ont connu des mésaventures avec ces deals mais globalement, la satisfaction des clients était au rendez-vous. Bien décrit sur Vicus,  l’hyperlocal sur le net n’est pas une tendance. C’est le futur ! Et Groupon s’est désormais placé comme le leader incontesté dans le domaine. Il a même fait lundi son premier pas dans l’industrie de la musique en proposant le dernier album de Rihanna pour 5 dollars.

En revanche qu’en est- il du côté des annonceurs ? Pourquoi Groupon est-il loin d’être le Saint Graal qu’on leur promet ? L’afflux de clients en cassant les prix en vaut-il la chandelle ? S’il est vrai qu’il existe certains avantages à ce type de publicité, nous sommes loin d’une vraie aubaine pour les commerces, bien au contraire.

 

1-Des marges réduites ou inexistantes:

Prenons un exemple : un coiffeur vend en temps normal un forfait coupe-balayage à 100€. En passant par Groupon, l’objectif sera de réduire ce coût d’au moins 50%. Nous sommes à 50 euros. Groupon se sert sur ces 50 euros de « seulement » la moitié :evil: . Le coiffeur touchera donc 25% du prix initial soit 25 euros au lieu des 100 de départ.

La marge de Groupon aux dernières nouvelles varie toujours de 50% à plus. Autant dire que pour  les chanceux qui arrivent encore à dégager un profit, ce n’est définitivement  pas l’affaire du siècle !

 

2-Une ruée de clients difficile à gérer

Pour un commerce, l’objectif premier d’un deal est bien sûr de se rattraper sur la masse de clients. Nous pouvons faire confiance à Groupon pour inciter à l’achat mais en ce qui concerne le service après vente, rien n’est moins sûr. Le petit coiffeur se retrouve donc dans l’obligation de gérer une foule de client dont la majorité viendra le samedi après-midi pour profiter de cette affaire. Le coiffeur va donc devoir bâcler son travail pour assurer son contrat au risque de négliger la clientèle fidèle, qui elle, payait bien 100€ et lui apportait une réelle plus-value.

Ce travail à la chaîne risque d’avoir un impact négatif sur l’image de ce coiffeur.

Il va devoir aussi envisager d’embaucher du personnel pour faire face à cet afflux soudain de clientèle. Mais quid de cette nouvelle force de travail à la fin du deal ?

 

3-Une baisse de l’image de marque

Il n’y a pas que les petits commerces à la recherche de clients supplémentaires qui sont présents sur Groupon. De grands hôtels ou restaurants renommés ont aussi tenté de gagner de nouveaux prospects par le biais du site. Mais associer l’image du groupe à des réductions extrêmes n’est définitivement pas une stratégie marketing optimale. L’image de marque est donc la première touchée. En effet, je doute que le désir de ces groupes est de vouloir faire profiter les moins riches d’un accès à leurs services ;-) . Le but étant lucratif, les années à bâtir leur renommée peuvent disparaître rapidement. Ce qui nous conduit directement au point suivant.

 

 

4-La clientèle ne sera pas fidèle

Les futurs clients seront bien évidemment attirés par l’offre et il est peu probable qu’en ayant payé un prix discount, les prospects soient enclins à acheter le produit ou service au plein tarif. De nombreux commerces s’en rendent compte mais bien trop tard. Ils passent ainsi plus de temps à rétablir l’image souhaitée pour leur commerce qu’à savourer le peu de gains généré par le deal. N’oublions pas qu’il est fastidieux de construire une image mais qu’en revanche la défaire est trés rapide.

 

5-L’impact publicitaire est minime voire néfaste

Les arguments de Groupon quant aux retours publicitaires font mouche. Mais nul besoin d’être un expert en marketing pour constater que les retombées sont loin d’être aussi efficaces que prétendues. Certes, il n’y a pas d’argent à sortir pour élaborer une campagne publicitaire, mais les 50%  que retient Groupon ne pourraient-ils pas être utilisés de manière plus intelligente ? Non seulement cela aura plus d’impact, mais vous vous épargnerez aussi tous les désavantages précédemment cités.

 

6-Aucun renseignement sur le client

Contrairement à une campagne menée sur internet, avec pourquoi pas des offres tout aussi discount, Groupon se garde bien de nous fournir la base d’emails, le téléphone ou le nom des clients. Alors qu’une stratégie bien préparée sur le net nous offre la possibilité de transformer ces clients d’un jour en futurs prospects grâce à une mailing list,  un fichier d’adresses ou de numéros de téléphone, aucune autre action n’est possible en passant par Groupon. N’envisagez donc pas une campagne sur mobile ou par mail. Il vous faudra tout recommencer.

 

7-Les conséquences négatives une fois le rush passé

Vous avez honoré tous vos deals. Bravo, c’est déjà pas mal ! Seulement maintenant que le rush est passé, il vous faut tout reconstruire, à commencer par une clientèle fidèle. Vous aviez embauché du personnel ? Bien ! Place aux licenciements désormais. Plus personne ne veut payer le plein tarif ? Vous devez changer radicalement votre offre. Qui vous connait ? Personne qui vous intéresse réellement ! La fin ? Mais non, j’exagère. Et quand bien même, on avance grâce à ses erreurs. Mais les anticiper, c’est mieux :lol: ! Tous ces impacts négatifs peuvent vous démotiver dans votre aventure. Le moral en prendra forcement un coup.

 

 

 

 

Nous avons pris l’exemple Groupon car le groupe est leader dans le domaine et des rumeurs enflent quant à un potentiel rachat du site par le géant Google. Mais il en est de même pour la multitude de clones du site. Je ne suis pas contre ces offres groupées, bien au contraire. Mais il est étonnant de ne pas encore avoir constaté l’émergence d’un Groupon Killer. Il y a pourtant beaucoup à corriger. Cependant les pseudos concurrents ne font que copier à peu de choses près le phénomène.

Un business se doit donc d’être prudent et de bien analyser les avantages et les inconvénients avant de mettre un pied dans la tendance du moment. La tentation de gagner de nouveaux clients est grande, mais je reste persuadé qu’en attendant un peu, une offre plus adaptée fera son apparition pour répondre à la fois aux besoins des consommateurs mais aussi penser à  la pérennité des annonceurs.

La marge de Groupon est démesurée et le groupe ne pourra pas tenir sur la durée. Mais loin de moi l’idée de penser que le leader des deals n’a pas d’autres modèles économiques en réserve. Seulement, tant que personne ne le dérange, pourquoi changer une affaire qui marche ?

Le Prince Du Web

Le Prince Du Web